Point de mire : Une histoire d’amour belle, rebelle, cruelle (Par Dié Maty FALL)

  • Source: : Le Soleil | Le 02 février, 2018 à 23:02:51 | Lu 3026 fois | 13 Commentaires
content_image

Point de mire : Une histoire d’amour belle, rebelle, cruelle (Par Dié Maty FALL)

Les chiffres, en milliards de FCfa ou d’euros, de la coopération multiforme entre le Sénégal et la France peuvent franchement donner le tournis. Mais penser que l’argent fait le bonheur, c’est passer à côté de l’essentiel. Et l’essentiel, aux yeux des Sénégalais, est d’être traité comme des êtres humains. Le sujet, c’est de rééquilibrer l’histoire d’amour franco-sénégalaise, de crever les abcès qui font mal et d’éclairer les parts d’ombre. Car « l’histoire que nous avons en commun, elle est belle, elle est rebelle et elle est cruelle » (Président Hollande en octobre 2012 à Dakar).

Dans cette relation dite « d’une intimité rare, faite de confiance et de respect mutuel », il est venu le temps de repartir sur de nouvelles bases plus gagnantes pour chacun, de créer un partenariat équilibré dans les échanges et de redéfinir les termes de l’échange, comme cela avait été assuré par l’Elysée en janvier 2017. De décider de partager sur une base plus égale la confiance et le respect mutuel. Car cette coopération reste désespérément excédentaire en faveur de la France.

Il y a notamment le sentiment que la France ne s’est peut-être pas assez distanciée du fait colonial, notamment dans les douloureuses épreuves liées à la question du portage des droits sociaux des retraités sénégalais et à la naturalisation des Tirailleurs sénégalais et anciens combattants, qui ont contribué à la libération de la France. Dans la perception que les Sénégalais se font de leur traitement par la France à Dakar, de la question du statut des Noirs en France, du traitement des immigrés sénégalais en France, de l’histoire d’amour entre nos deux pays, percent à certaines occasions des désamours liés à des malaises, à une vision étriquée et à une absence de diversité. Il y a aussi la frustration née du manque de transparence dans la publication des accords de défense et de coopération militaire liant la France et le Sénégal, pourtant promise par le Président Sarkozy. N’ayant pas été intégralement publiés, on ne sait pas si leur renégociation en 2010 renferme des clauses secrètes.

Nous sommes francophones, nous en sommes la partie la plus diverse, la plus remuante et la plus vivante, nous rêvons et aimons en français. Mais nous avons parfois le sentiment d’être stigmatisés, discriminés et que la France n’en fait pas encore assez pour rétablir des rapports d’égalité.

Nous saluons évidemment la fin du temps de la Françafrique, de ses émissaires, intermédiaires et officines, dont on nous a dit qu’ils trouvent désormais porte close à l’Elysée. Nous nous réjouissons que la France et l’Afrique entretiennent à présent un partenariat, avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité. Pour équilibrer et renforcer cette relation bilatérale, le Sénégal devait mener à bien toutes ses réformes structurelles. Ce qu’il est en train de faire.

Car l’aide apportée par la France, au Sénégal particulièrement, n’est pas « de la générosité, mais de la solidarité et de la compréhension devant l’avenir du pays ». C’est également une reconnaissance des efforts considérables en matière de bonne gouvernance entrepris par le Président Sall. Nous nous félicitons que les découvertes récentes et successives d’hydrocarbures (gisements de gaz et pétrole) changent la situation économique du Sénégal dans les prochaines années, et sans doute le regard des investisseurs, dont la France, sur notre pays.

En octobre 2012, le Président Hollande s’était montré favorable à une reconnaissance morale de l’esclavage, pas à une réparation financière difficilement applicable. C’est aussi ce que pense une majorité de Sénégalais et d’Africains vivant au Sénégal. Qu’en pense le nouveau dirigeant de la France en 2018 ?

Il n’est pas question ici de l’attribution de visa, qui relève strictement de la souveraineté de la France, du contrat de l’autoroute à péage qui peut être renégocié dans le dialogue, du destin du franc Cfa qui dépend de la décision souveraine des pays africains concernés, du retour du capital français dans les secteurs-clé de l’économie sénégalaise, qui tient à la nouvelle attractivité du Sénégal. Nos relations économiques sont soutenues et les entreprises françaises jouent un rôle significatif dans la vitalité économique du pays, assurant un quart du Pib et des recettes fiscales.

Mais comment expliquer que l’excédent commercial de la France avec le Sénégal est de 791 millions d’euros, soit le plus important en Afrique subsaharienne (excepté en Afrique du Sud) et parmi les 15 plus importants excédents commerciaux bilatéraux ?


Auteur: Dié Maty FALL - Le Soleil






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (8)


Anonyme il y a 2 semaines (00:56 AM) 0 FansN°: 1
Haha il parle que de ce qui l interesse c est à dire les entreprises français ,allez Macky continue de signer les contrats avec les yeux fermés,combien de milliards d euros en tout sont parties dans Le trésor français ? Plus les bénéfices du CFA?

MACKY SALL Macky Sall Macky sonalga sénégalais yii

Reply_author il y a 2 semaines (12:14 PM) 0 FansN°: 1
ignare. si ces contrats ne sont pas signés avec la france ce sera avec d'autres. mais comme une petite poignée ici tu es anti français basique tu ne cesse de vomir ton fiel pour croire que tu existes. mon pauvre tu me fais de la peine.
vive le sénégal, vive mon sénégal.
Bob il y a 2 semaines (15:34 PM) 0 FansN°: 2
vous n estes que des mendiants continuer à lécher le cul des blancs c'est tous ce que vous savez faire
Anonyme il y a 2 semaines (00:56 AM) 0 FansN°: 2
Anonyme il y a 2 semaines (01:15 AM) 0 FansN°: 3
Macky korr Marieme Faye moo ko yorr
Anonyme il y a 2 semaines (07:17 AM) 0 FansN°: 4
Die maty n est plus la copine de khalifa sall?
Reply_author il y a 2 semaines (12:15 PM) 0 FansN°: 1
la copine de khalifa? c'est un maton.
Anonyme il y a 2 semaines (09:46 AM) 0 FansN°: 5
Histoire tronquée. Lisez sur ce sujet et vous verrez qui sont les vrais esclavagistes. Il existent encore aujourd'hui !
Anonyme il y a 2 semaines (11:48 AM) 0 FansN°: 6
L’école n’intéresse pas le régime de Maky qui organise le sabotage de l’école publique sénégalaise. Maky et son clan n’ont pas leurs enfants dans le système éducatif sénégalais. Les enfants de Maky étudient chez Trump qui emmerde les africains. La grève arrange le régime Maky qui rit et applaudit sous cape; leurs enfants étudient à l’étranger pendant que nos pauvres et malheureux enfants trinquent au Djoloff. Après leurs enfants reviendront diriger les nôtres. Allez au prytanée militaire de Saint-louis, les enfants d'officiers ont des bonus points lors du concours d'entrée. Les enfants des pauvres sénégalais réussissent difficilement le concours pour cette raison. A quand la fin des privilèges accordés aux enfants d’officiers pour le concours d 'entrée au Prytanée?

A quand l’obligation pour nos autorités de mettre leurs enfants dans l’école publique?

Les politiciens de Benno sont gracieusement payés régulièrement.Les profs d’université et les enseignants du primaire et des collèges courent derrière 7 mois de salaire, soyons sérieux.

Anonyme il y a 2 semaines (12:04 PM) 0 FansN°: 7
T'étais où Dié ? Namone nagnela ! Reviens plus souvent et en meilleure plume. Ta pause était longue, d'autant plus que les belles plumes sont toutes parties ou en hibernation saison Macky.

La nouvelle génération est beaucoup moins douée, sur plusieurs choses d'ailleurs.
Anonyme il y a 2 semaines (17:39 PM) 0 FansN°: 8
madame, si vous voulez vous sentir confortable dans votre peau, ni francophone, juste parlant la langue que partagent les Français qui vous ont envahis, pris en esclaves, colonisés pour leurs propres intérêts qui persistent jusqu'à présent dans un monde de plus en plus globalisé,donc qui offre une défranchisation de cette condition pour reprendre notre destin en mains propres. La France est puissance déclinante selon toutes perspectives depuis plus de 50 ans et le français tend à devenir une langue ethnique comme nos langues nationales qu'on doit faire revivre aux côtés de l'anglais que le monde entier tend à utiliser comme outil de communication global

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com