Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Pour une agriculture et un élevage compétitifs : L’unique solution du Directeur général de l’Ofor

Posté par: Cheikhou Aidara| Lundi 01 août, 2016 12:08  | Consulté 324 fois  |  2 Réactions  |   

 

Après le démarrage du forage du village de Baback, situé à 7 km de Notto (département de Thièse), qui était à l’arrêt depuis plus de 15 ans, le Directeur générale de l’Office des forages ruraux (Ofor), Lansana Gagny Sakho, s’est rendu sur place, le week-end dernier, en compagnie de son équipe, pour faire le constat. L’Ofor a mis à la disposition du village une pompe et un groupe électrogène, dont le coût est estimé à 30 millions de francs Cfa.

A cet effet, la population de ce gros village estimée à 4 000 âmes, s’est réjoui. «Nous remercions vivement le Directeur général de l’Ofor et son équipe. Parce qu’on ne peut rien faire sans l’eau. C’est grâce à eux que le forage est fonctionnel maintenant. Depuis 17 ans, nous n’avons pas d’eau ici dans le village. Nos femmes étaient très fatiguées. Elles allaient jusqu’à Thiès pour faire le linge», a déclaré le chef dudit André Youm.

La mise en service de ce forage a permis aux femmes des différents quartiers de cette localité à créer des activités maraichères. En effet, elles sont en train d’exploiter un champ d’un demi-hectare où elles cultivent des fruits et légumes. Ce, grâce au système d’irrigation à l’arrêt.

Toutefois, les habitants n’ont pas manqué de poser quelques doléances à l’endroit du patron de l’Ofor. Il s’agit du problème de carburant pour alimenter le groupe électrogène et la construction d’un château d’eau. Ils veulent aussi un réseau de distribution afin que le liquide précieux soit disponible dans les foyers.

Pour sa part, le Directeur général de l’Ofor a rassuré la population de faire tout ce qui est possible afin de satisfaire ces difficultés. Lansana Gagny Sakho a aussi invité les bénéficiaires à bien entretenir ces ouvrages de captage d’eau.

«Je pense que l’importance, ce n’est pas forcément les équipements que nous avons mis en place mais, ce sont plutôt les effets induits. Désormais, ce forage va permettre aux femmes, qui partaient tous les jours à Thiès pour faire le linge, de le faire sur place. Mais aussi de développer des activités agricoles», a-t-noté.

M. Sakho ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, après la mise en service de ce forage. «Nous allons aller plus loin, en essayant de faire des extensions de réseau, afin que tout le village puisse avoir de l’eau suffisamment. C’est une doléance des populations que nous allons essayer de satisfaire dans les plus brefs délais», a soutenu le patron de l’Ofor.

Lansana Gagny Sakho estime qu’«il faut être plus proactif et plus à l’écoute des populations» pour que de telles situations ne se répète plus à l’avenir. Selon lui, ces villageois ont posé un problème qui implique les Ministères de l’Elevage, de l’Agriculture, de l’Hydraulique et de l’assainissement. Il s’agit du coût de l’eau pour l’élevage et pour l’agriculture. Sur ce, il a soutenu que si les tarifs réels sont appliqués, on n’aura pas une agriculture et un élevage compétitifs.

Face à cette équation à plusieurs inconnues, le Directeur général de l’Ofor estime qu’il faut une réflexion plus approfondie pour voir comment mettre en place une alternative pour l’approvisionnement des forages. Pour lui, le solaire est la solution, même s’il coûte plus cher. Parce que, c’est le développement du pays qui est en jeu.

Cheikhou AIDARA

 L'auteur  Cheikhou Aidara
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Solaar En Novembre, 2016 (10:35 AM) 0 FansN°:1
Pourquoi la BNDE ne financerait-elle donc pas l'OFOR pour remplacer les groupes électrogènes tournant à l'énergie fossile par des panneaux solaires ? Pour éviter le vol des panneaux solaires, il faut les mettre dans des cages en fer encastrée sur du béton ! Et pour rentabiliser, il faut offrir des services de rechargement de portables et de batteries, comme font les autres pays africains !
Solaar En Novembre, 2016 (10:35 AM) 0 FansN°:2
Pourquoi la BNDE ne financerait-elle donc pas l'OFOR pour remplacer les groupes électrogènes tournant à l'énergie fossile par des panneaux solaires ? Pour éviter le vol des panneaux solaires, il faut les mettre dans des cages en fer encastrée sur du béton ! Et pour rentabiliser, il faut offrir des services de rechargement de portables et de batteries, comme font les autres pays africains !

Ajouter un commentaire

 
 
Cheikhou Aidara
Blog crée le 31/03/2015 Visité 138550 fois 66 Articles 1155 Commentaires 7 Abonnés

Posts recents
‘Naufrage du \"Joola’\": 15 ans après, le dossier toujours au point mort
MUSIQUE : Keyzit africa s’engage à accompagner des artistes sénégalais
SANTE : Comment faire pour éviter les crampes ?
CONTRIBUTION : Halte à la triche ! (Par Ousmane Guèye)
Reportage - Kédougou : Dans l\'antre des prostituées de Khossanto
Commentaires recents
Les plus populaires
Prostitution des Africaines en Europe : Témoignage émouvant d’une fille nigériane de 26 ans
COMMENT FAIRE POUR AVOIR DE BEAUX SEINS ?
Révélation : 90% des enfants vivant avec le sida sont africains (Onusida)
POURQUOI LE SEXE EST BON POUR LA SANTE ?
CONTRIBUTION : Grâce présidentielle accordée à Karim Wade (Par Moustapha Lo DIATTA)